La malédiction du trône ecarlate

Bubons et dragons

Et c’est la fiesta dans le dungeon ! Striges, pièges d’acide, créature frankensteinesque, bibliothèque qui brûle et bien sûr notre ami coup’la jambe, l’ogre-à-merde qui garde des prisonniers. Pour Diarmuid c’est la fête de la fiole ! Et pour couronner le tout le magicien volant qui aveugle, et qui pourtant n’est que l’underboss. Qu’est-ce qu’on rigole ! Mais les donjons c’est comme la Foire du Trône : quand on a fait le tour on n’a plus qu’à s’en aller les bras chargés d’objets merveilleux. Comment ça la porte est fermée ? Et c’est alors que tout commence à partir en vrille. D’abord c’est le fantôme de Zelara qui se manifeste et tire les cartes du Tourment. Et puis alors que les héros galèrent pour trouver la sortie, c’est le nain mystérieux (Guildril) qui apparaît pour montrer la sortie. Et là, ben on sait pas trop. Aperçu de l’avenir ? Autre dimension ? Enfin clairement les aventuriers ne sont pas chez eux. Parce que chez eux le ciel n’est pas rouge, il n’y a pas des dragons qui volent partout et les gens n’ont pas de gros bubons rouges partout sur le corps. Mais qu’est-ce que c’est que ce bordel ?

Trois jours plus tard les aventuriers se réveillent à l’auberge. Mais alors tout ça n’était qu’un rêve, s’exclame Diarmuid-Dorothy ? Ce qui est sûr c’est qu’ils ont bien avec eux les bouts de Shoanti glanés dans le donjon. Et ces braves gens ont accepté d’attendre jusque là. Tout va bien. Sauf qu’arrive la nouvelle de l’exécution prochaine de Trinia Sabor, la peintre à qui la reine fait porter le chapeau de la mort du roi. Trop court pour tenter de planifier une évasion. C’est à peine si y a le temps d’acheter du pop-corn. La foule d’invités triés sur le volet se presse pour voir l’exécution. La reine apparaît dans une mise en scène parfaite, totalement en accord avec le discours du genre « Ein Volk, ein Reich, ein Führer » (point Godwin). Le bourreau lève sa hache, quand soudain ! Mais qu’est-ce ? Ce n’est pas un dragon, ce n’est pas un oiseau. Non, c’est Blackjack ! Et hop que je te sauve la meuf en moins de deux. Trop la classe.

Après ça les aventuriers ont le temps de souffler un coup et de vendre quelques parchemins sous le manteau. N’empêche qu’il se passe toujours quelque chose de louche. L’espèce de bateau vide coulé dans le port par exemple. Et qui a sans doute un rapport avec la maladie qui fait son apparition quelques jours plus tard, et qui ressemble étonnamment à celle de la scène 24. La première victime repérée est une petite fille du quartier du …, que Diarmuid parvient à soigner en quelques jours avec le doigté qui le caractérise. Ca a été l’occasion pour le groupe de faire la connaissance d’un sous-prêtre de Babar, à la philosophie douteuse mais pas autant que ses offres d’emplois. Entretemps, les aventuriers ont aidé Trinia Sabor, à la demande de Vencarlo Orsini, à quitter la ville. Mais l’épidémie ne s’est pas arrêtée pour autant, et a abouti à la création d’un ordre de médecins-inquisiteurs placés sous la protection du nouvel ordre des Vierges Grises. Tout ça ne sent pas très bon…

Comments

Endervorpen

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.